Une nouvelle loi scolaire en voie d'acquisition

Par le Parti socialiste vaudois

Commentaires Commentaires (1)
Autres documents sur ce thème
Ressources

Le Parti socialiste vaudois salue la présentation par le Conseil d'Etat de la nouvelle loi sur l'enseignement obligatoire qui, contrairement à l'initiative Ecole 2010, propose des améliorations substantielles du quotidien des élèves ce qui doit répondre aux attentes d'une majorité des Vaudois-es. Des branches essentielles sont renforcées par la création de niveaux et un renforcement horaire, le passage à deux filières aligne notre école sur les débouchés de l'école obligatoire.

Le Parti socialiste vaudois salue la présentation d'un projet totalement remanié de loi sur l'enseignement obligatoire, en totale adéquation avec Harmos. Il félicite sa conseillère d'Etat Anne-Catherine Lyon pour la ténacité dont elle a fait preuve durant les derniers mois pour intégrer l'essentiel des réponses reçues et permettre l'adoption d'un nouveau projet par le Conseil d'Etat. Pour le PS, cette nouvelle mouture offre tous les ingrédients d'un projet rassembleur, motivant et cohérent pour répondre aux attentes des Vaudois-es envers l'école obligatoire et améliorer la situation de nombreux élèves, stigmatisés dans le système actuel. Sa rédaction en loi tronc et plus synthétique garantit une lisibilité adéquate pour les citoyen-ne-s qui devront se prononcer sur le sujet.

Tenant d'une école à voie unique, le PSV voit dans l'évolution de 3 à 2 filières pour le secondaire I un progrès important. L'organisation de l'école s'aligne ainsi avec cohérence sur les deux perspectives auxquelles sont confrontés les élèves à la sortie de leur scolarité obligatoire  : la formation professionnelle (en mode dual ou en école des métiers) et le gymnase pour accéder aux Hautes Ecoles. L'amélioration très concrète des passerelles est gage de perméabilité ; elle doit garantir aux élèves d'acquérir des compétences complémentaires et de raccorder la voie baccalauréat en tout temps dès qu'il y a des progrès suffisants. Des matières essentielles comme le français, les mathématiques ou l'allemand sont à raison renforcées grâce à la création de niveaux dans la filière générale d'une part et à l'ajout d'heures d'école d'autre part.

Au regard de cette nouvelle mouture, l'initiative Ecole 2010 apparaît en complet décalage avec son temps. Cette dernière bétonne les 3 filières, crée encore de nouveaux compartiments pour les élèves qui ont le plus de difficultés, ce qui est synonyme de stigmatisation, alors que c'est déjà aujourd'hui la principale faiblesse de l'école vaudoise. Tout en déclarant vouloir améliorer les connaissances pour certaines branches, ses modalités d'application restent imprécises et ne font que créer de l'exclusion.

Le PSV s'engagera donc avec ouverture sur ce nouveau projet de loi scolaire dans l'intérêt d'un système scolaire qui réponde encore mieux aux besoins de son temps et de ses principaux bénéficiaires  : les élèves.