Les conséquences psychologiques du redoublement

Par Marielle Schlup & Caroline Tobler,
étudiantes à la HEP-VD

Commentaires Commentaires (9)
Autres documents sur ce thème
Ressources

Dans sa recherche, Madame Karine Daeppen (2007) décrit que le redoublement provoque différentes conséquences psychologiques. Nous citons les trois conséquences les plus marquantes à notre avis que nous détaillerons ci-dessous  : les attitudes peu positives envers l'école, l'affectation de l'élève dans sa globalité et la détérioration de la relation enseignant — élève.

Une question préoccupante

Nous sommes désormais obligés de nous demander quel est l'avenir que nous devons proposer à nos élèves ?

En premier lieu, le redoublement peut engendrer une attitude peu positive de l'élève envers l'école. Il s'agit peut-être d'une mauvaise intégration de l'élève à l'intérieur de la classe, d'une part à cause de son âge (il est généralement plus âgé que les autres) et d'autre part il croit déjà connaître le programme, alors que ses compétences ne sont pas atteintes. Il faut de ce fait, utiliser les déjà-là de nos élèves redoublants pour travailler en coopération.

Le redoublement dévalorise les élèves

Le redoublement peut provoquer une perte de confiance générale de l'élève. Cette dernière affecte l'élève dans sa globalité en lui façonnant une image dévalorisée de lui-même, et ceci à long terme. Pour cela, redonnons-lui confiance en le valorisant aux yeux des autres grâce aux branches pour lesquelles il excelle ou pour lesquelles il porte de l'intérêt.

La vision négative des enseignants

Il peut y avoir deux cas de figure. L'élève se trouve soit dans une classe multi-âge dans laquelle l'enseignant reste le même, soit dans une classe mono-âge où il change d'enseignant. Dans ces deux cas, l'enseignant le considère comme un redoublant et a d'office une vision négative de lui. Certaines phrases comme  : « oh mais celui-là, ça fait déjà la deuxième fois qu'il refait son année, il devrait savoir depuis le temps ! » ressortent souvent en salle des maîtres.

N'est-ce pas notre travail, en tant que professionnel de l'enseignement, de nous remettre en question afin d'aider ces enfants en différenciant leur travail au lieu de les laisser ramer au fond de la classe ?

Le redoublement n'a aucun avenir

Nous avons à ce sujet interviewé une enseignante de CYP 1 qui nous a répondu qu'elle ne croyait pas en l'avenir du redoublement. Déjà lors du changement de terme en « maintien scolaire », elle trouvait que cela n'allait rien changer fondamentalement. Elle nous a également mentionné qu' « il faut changer les mœurs des personnes et pour cela ne pas avoir des articles de journaux qui interprètent les dires de la cheffe du Département comme le fait le 24 Heures du 23 avril 2010. »

Des appuis ciblés pour un redoublement efficace

Il faut évidemment que le redoublement soit accompagné d'appuis ciblés sur les lacunes constatées : replacer un élève une année de plus devant les mêmes fiches qu'il ne comprend pas n'a évidemment aucun sens. Mais prétendre qu'un élève faible parviendra, l'année suivante, même avec des appuis ciblés, à rattraper son retard tout en acquérant les matières nouvelles relève souvent de la mauvaise foi.

Finalement une question reste en suspens  : « les enseignants ne devraient-t-ils pas tout mettre en œuvre pour leurs élèves et surtout croire aux capacités qu'ils possèdent ? »