Mérite et responsabilité

Interview de Jacques-André Haury,
Médecin et député

Commentaires Commentaires (1)
Jacques-André Haury

Jacques-André Haury est docteur en médecine, spécialiste ORL. Fondateur des jeunes libéraux vaudois en 1971, Jacques-André Haury siège sous cette étiquette au Grand Conseil vaudois de 1998 à 2007, année où il se distancie de son parti en annonçant sa candidature au conseil national sur la liste Ecologie libérale. Au parlement vaudois, c'est au sein de l'Alliance du centre qu'il fait désormais entendre sa voix. Pourfendeur des réformes scolaires et de leurs défenseurs, il dit se méfier des « pédagogistes ». Proche des idées de l'AVEC et de l'ASPICS, Jacques-André Haury défend par exemple le système en filières, le redoublement et le mérite personnel. Il estime que l'Apé-Vaud et la SPV ont « failli à leur mission » en devenant des « instruments du pouvoir » pour l'une et en faisant « allégeance aux directives du département » pour l'autre (« La pédagogie laissée aux politiciens », Le Temps du 21 avril 2008).

En deux mots

Jacques-André Haury s'exprime sur l'avant-projet, qu'il déclare être le fait d'une école en perte de responsabilité à tous les niveaux. Il défend le mérite et la compétition, juge qu'un redoublement bien encadré est une bonne solution à l'échec scolaire. Il déplore la prise de contrôle de certains courants de pensée sur la réflexion pédagogique et la difficulté qu'ont leurs opposants à se faire entendre. Il s'exprime également sur la place que doit prendre l'enseignement des religions à l'école, et juge que le christianisme doit être abordé en premier — sans qu'il faille pour autant négliger les autres religions.

Autres documents sur ce thème
Ressources

L'école du mérite

Jacques-André Haury s'exprime sur l'avant-projet, qu'il déclare être le fait d'une école en perte de responsabilité à tous les niveaux. Il défend le mérite et la compétition, juge qu'un redoublement bien encadré est une bonne solution à l'échec scolaire. Il déplore la prise de contrôle de certains courants de pensée sur la réflexion pédagogique et la difficulté qu'ont leurs opposants à se faire entendre. Il s'exprime également sur la place que doit prendre l'enseignement des religions à l'école, et juge que le christianisme doit être abordé en premier —sans qu'il faille pour autant négliger les autres religions.

Interrogé par la SPV sur l'avant-projet de nouvelle loi scolaire, le député Jacques-André Haury dénonce une perte de responsabilité à tous les niveaux du système scolaire vaudois. Il défend le mérite, l'organisation en filières et un redoublement encadré. Il s'exprime également sur la place que doit prendre l'enseignement des religions à l'école.