L'avant-projet en deux mots

Interview de Anne-Catherine Lyon,
Conseillère d'état

Commentaires Commentaires (1)
Anne-Catherine Lyon

Née le 12 avril 1963 à Lausanne, originaire de La Praz, Anne-Catherine Lyon a suivi sa scolarité, puis ses études, dans la capitale vaudoise. Licenciée en droit suisse, français et européen de l'Université de Lausanne et de l'Université libre de Bruxelles, puis greffière ad hoc au Tribunal du district de la Broye de 1985 à 1986, elle a dans le même temps été juriste à mi-temps auprès de l'Office cantonal des étrangers.Assistante en droit européen de 1993 à 1997 à l'Université de Lausanne, Anne-Catherine Lyon a par la suite été nommée au poste de secrétaire générale du Département de la justice, de la police et des affaires militaires du 1er août 1997 au 21 avril 1998, puis au Département de la sécurité et de l'environnement du 21 avril 1998 au 30 septembre 1999. Assistante-doctorante en droit européen à l'Université de Lausanne de 2000 à 2001, elle a également été membre de l'Assemblée constituante du canton de Vaud de février 1999 à septembre 2002. Elue conseillère communale lausannoise en janvier 2002, Anne-Catherine Lyon a quitté cette charge au moment de son élection au Conseil d'Etat vaudois. Elle est depuis 2002 à la tête du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture.

Autres documents sur ce thème
Ressources

Pourquoi changer ?

Pourquoi changer ?

La cheffe du DFJC avance trois raisons de proposer un avant-projet de loi  : la nécessité de se mettre en conformité avec Harmos, la volonté d'aller vers plus d'égalité des chances et le devoir de conduire l'élève au plus haut de ses capacités.

La fin des filières au secondaire ?

La fin des filières au secondaire ?

La fin des filières est une question qui, aujourd'hui, peut être posée. Nos voisins proches ont eu cette réflexion : le Valais avec l'abandon des filières au profit d'un système à niveaux, Fribourg en rendant plus perméables ses filières. Les pays européens les plus performants en matière d'éducation ont, eux aussi, des systèmes scolaires sans filières. « Les gens de bonne foi ont commencé à avancer » sur la question, affirme la ministre.

Abandonner le redoublement ?

Abandonner le redoublement ?

Interrogeant le redoublement sans dogmatisme, Anne-Catherine Lyon constate que certains adolescents quittent aujourd'hui l'école à 15 ans alors que, à force de redoublements, ils ne sont qu'en 7e année et n'ont pas obtenu de certificat d'études secondaires. Il s'agit donc de donner à chacun « le 100% de la matière à laquelle il a droit ».

Un projet issu d'une démarche participative

Un projet issu d'une démarche participative

La Conseillère d'État affirme vouloir mettre en question certains éléments du système scolaire actuel, devenus en ses mains des objets presque palpables, et les pousser jusque dans leurs retranchements afin de repérer tant leurs forces que leurs limites. Il ne s'agit pas, dit-elle, de « choquer le système », mais d'aller « aussi loin qu'il est possible d'aller » — du moins tant que l'avant-projet en est encore au stade de la réflexion et du débat d'idées. Sa démarche est en ce sens fondamentalement participative : en l'occurrence, la mise en question de certains principes très solidement ancrés dans le système scolaire vaudois est l'occasion de discerner les points où le consensus peut être productif comme ceux où le désaccord est trop important pour qu'il soit possible d'obtenir un résultat.